Coups de coeur 2019

Cercle de lecture du mardi 21 mai 2019 :

Anne-Rose : 

Le baiser et la morsure, Yasmina KHADRA - Ed. BAYARD :

Khadra 12

"J'ai compris très jeune que j'avais le pouvoir de transformer la déveine qui me suivait à la trace en source d'énergie, de la transcender par la littérature. A l'Ecole des cadets, la plume m'a permis de tenir tête à l'adversité. Chacun de mes textes était un pied de nez adressé à mes déboires. Ma revanche sur la vie était de devenir ce que j'idéalisais le plus : un écrivain. Seul mon nom imprimé sur la couverture d'un livre pourrait me venger de mon infortune."
Yasmina Khadra
 

Dans cette série d'entretiens inédits avec la journaliste Catherine Lalanne, Yasmina Khadra retourne aux sources de sa vocation contrariée par son destin militaire. Arraché à la tendresse des siens et privé de son enfance, le petit prisonnier de l'Ecole des cadets puise, dans l'amitié de ses camarades d'infortune, le souffle de ses ancêtres poètes, puis l'amour d'une femme d'exception, la force d'accomplir son rêve d'écrire. Ni les années de combat contre le terrorisme, ni les différents comités de censure algériens, ni les incompréhensions suscitées par son parcours hors norme, n'empêcheront l'auteur d'aller à la rencontre de millions de lecteurs dans le monde.

"J'ai bien aimé, très belle histoire mais dure. J'ai trouvé que l'enfance de l'auteur lui a été volée par un père qui, à mon avis, était trop stricte, son histoire m'a émue et peinée."

****

Christine :

Dans l'ombre du doute, Marie-Dominique PETERS-PONCIN - Ed. L'OFFICINE :

Peters poncin

Que s'est il passé depuis ce voyage outre-Atlantique, pendant lequel Mathieu, l'époux de Justine, a disparu sans laisser de traces ? Dans ce drame psychologique proche du thriller, Marie-Dominique Peters-Poncin met en exergue les sentiments : amour, passion, jalousie, désespoir, haine, en mêlant avec habileté fantasmes et réalité.

****

Eliane :

Tout feu tout femme, Marie-Dominique PETERS-PONCIN - Ed. de L'OFFICINE :

Peters poncin 2

"Recueil de poèmes répartis en divers thèmes :
De coeur et de sang : les émigrés et mes parents
Ma Lorraine : Mon pays, la cité du fer et Thionville
Beaucoup de sensiblité, au fil des pages, de très belles illustrations.
Livre que je recommande. On lit, on relit certains poèmes, ceux qui nous touchent."

****

Un certain Paul Darrigrand, Philippe BESSON - Ed. JULLIARD:

Besson 4

"Cette année-là, j'avais vingt-deux ans et j'allais, au même moment, rencontrer l'insaisissable Paul Darrigrand et flirter dangereusement avec la mort, ssans que ces deux évènements aient de rapport entre eux. D'un côté, le plaisir de l'insouciance; de l'autre, la souffrance et l'inquiétude. Le corps qui exulte et le corps meurtri. Aujourd'hui je me demande si, au fond, tout n'était pas lié. 

"Après "Arrête tes mensonges" où Philippe Besson découvre ses premiers amours...avec un homme, une nouvel amour nous est dévoilé, amour clandestin...On entre dans les méandres d'un triangle amoureux, lorsque Paul présente sa femme à Philippe qu'il vient de rencontrer...
Un superbe roman à l'écriture fluide, très belle, où  les sentiments sont mis à nus, les questions tombent, les incertitudes...Je recommande vivement ce livre qu'on ne peut s'empêcher de relire !"

****

Nicole :

Sérotonine, Michel HOUELLEBECQ - Ed. FLAMMARION :

Houellebecq 2

Quarante-six ans, célibataire sans enfant, ingénieur agronome, dépressif, Clément-Claude se penche sur son passé. Aucune relation durable, du pessimisme, du cynisme sur la société qu'il côtoie. L'auteur aborde à fond différents sujets tels que le sexe, la mort, les médicaments, les armes, la révolte des payasans...tout est réaliste et sans concession sur la concession actuelle. 

"Malgré son cynisme et son regard noir sur la vie, Houellebecq reste pour moi un grand écrivain qui sait trouver les mots justes et décrit bien toute situation. J'ai aimé son roman !"

****

Mon père, Grégoire DELACOURT - Ed. JC LATTES :

Delacourt 2

"La pédophilie chez les prêtres catholiques. Un père d'enfant veut faire avouer sa faute au père catholique qui a abusé de cet enfant durant une colonie de vacances. Famille très catholique, pratiquante...L'auteur assène des vérités, des impuissances, des aveuglements, des silences...Lien avec Abraham et Isaac sacrifié par ce père. 
Ce père d'enfant blessé ira-t-il jusqu'à tuer le tortionnaire de son fils? C'est aéré, très bien écrit, j'ai adoré. 
Un regard précis sur la pédophilie dans l'Eglise. A lire !"

****

Les lettres de Rose, Clarisse SABARD - Ed. CHARLESTON :

Sabard 1

"Un très beau roman lu en une seule jounrée, plus de télé, plus d'ordinateur, que la lecture !
A près de trente ans, Lola, parisienne, fille adoptée, reçoit une lettre recommandée. C'est sa grand-mère biologique qui lui fait un legs. Une maison dans une petite ville de campagne à condition...L'auteur sait entretenir le suspense. Un bon moment de lecture.
Après cette lecture, j'ai recherché les photos de mes grands-parents, j'ai beaucoup pensé à leur vie, tous les quatre nés à la fin du XIXème siècle."

****

L'armoire des robes oubliées, Riika PULKKINEN - Ed. LE LIVRE DE POCHE :

Pulkkinen 1

Elsa, la grand-mère d’Anna, est atteinte d’un cancer foudroyant. Entourée de ses proches, elle compte bien profiter de chaque instant, de chaque plaisir, jusqu’au bout : les rayons du soleil, les bains de mer, ou le corps de Martti, son mari depuis plus de cinquante ans, contre le sien. Mais Anna découvre que derrière ce mariage heureux se cache un drame qui a marqué à jamais tous les membres de sa famille. C’est une vieille robe oubliée dans une armoire, trouvée par hasard, qui va réveiller le passé...

"Tout dépend de ce que l'on cherche dans la lecture mais je n'ai pas trouvé ce livre très passionnant."

****

Véronique :

BD : Les grands espaces, Catherine MEURISSE - Ed. DARGAUD :

Meurisse 1

Catherine Meurisse a grandi à la campagne, entourée de pierres, d'arbres, et avec un chantier sous les yeux : celui de la ferme que ses parents rénovent, afin d'y habiter en famille. Une grande et vieille maison qui se transforme, des arbres à planter, un jardin à imaginer, la nature à observer : ainsi naît le goût de la création et germent les prémices d'un futur métier : dessinatrice. Avec humour et tendresse, l'auteure raconte le paradis de l'enfance, que la nature, l'art et la littérature, ses alliés de toujours, peuvent aider à conserver autant qu'à dépasser. Les Grands Espaces raconte le lieu d'une enfance et l'imaginaire qui s'y déploie, en toute liberté.

****

Le roman d'un enfant, Pierre LOTI - Ed. POCHE :

Loti

"Excellent, formidable. Pierre Loti (1850 - 1923) raconte son enfance (il a 45 ans). Loti devait être un grand nostalgique, mais aussi visiblement un mélancolique. Il va chercher en lui-même les souvenir émergeant de sa mémoire. Il raconte les rêveries, les moments heureux et malheureux, les peurs-terreurs, les tristesses. Enfant hypersensible, rêveur, il était apparemment enfant trop cajolé, trop gardé à la maison dans le cocon familial. Aussi s'attache-t-il à son univers proche, aux mille petites choses de la nature mais aussi aux vieux murs, aux maison anciennes (à commencer par la sienne). Les lieux, la campagne environnante, la mer...Il habite Rochefort en Charente-Maritime. Il a de la famille sur l'île d'Oléron. Il a des ancêtres marins et il deviendra lui-même officier de marine française, grand voyageur. C'est magnifique. Un style merveilleux de justesse, de sensibilité, de délicatesse. De la grande littérature !"

****

Le ventre de Paris, EMILE ZOLA - Ed. LE LIVRE DE POCHE :

Zola 1

C’est dans les Halles centrales de Paris récemment construites par Baltard que Zola situe le troisième épisode des Rougon-Macquart. Après « la course aux millions » décrite dans La curée, ce sera la fête breughelienne du Ventre de Paris, tourbillonnante et bigarrée, ses amoncellements de victuailles, ses flamboiements de couleurs, ses odeurs puissantes de fermes, de jardins et de marées.
Florent, arrêté par erreur après le coup d’Etat du 2 décembre 1851, s’est évadé du bagne de Cayenne au bout de sept ans d’épreuves. Il retrouve à Paris son demi-frère qui, marié à la belle Lisa Macquart, fait prospérer l’opulente charcuterie Quenu Gradelle. Mais la place de Florent est-elle à leurs côtés ? A-t-il renoncé à ses rêves de justice ? Car si l’Empire a su procurer au « ventre boutiquier, au ventre de l’honnête moyenne… le consentement large et solide de la bête broyant le foin au râtelier », il n’a guère contenté les affamés. Et la grande kermesse flamande va réveiller bientôt l’éternel affrontement des Maigres et des Gras.

"Le moins bien que j'ai pu lire de cet auteur. J'ai l'impression qu'il est tellement enchanté de son sujet (les Halles de Paris) que l'histoire est en retrait, du coup ce n'est pas passionnant comme peuvent être les autres. Si vous n'aimez pas les descriptions, ne lisez pas ce roman ! Il y en a beaucoup. je peux les apprécier si elles sont bien amenées mais là...Au beau milieu d'une tension dans l'intrigue, Zola vous colle trois pages sur les fruits, les poissons, les fromages...ça casse un peu le rythme. Il se fait plaisir? A la fin seulement, lhistoire reprend le dessus et c'est alors très bien."

****

Cercle de lecture du mardi 23 avril 2019 :

Véronique :

Dans les bois éternels, Fred VARGAS - Ed. J'AI LU :

Vargas 1

"Super. Mon premier Fred Vargas. De l'humour. De la fantaisie/folie. On s'attache à ce commissaire de brigade criminelle de Paris : Adamsberg. Un type cool, fin psychologue qui fonctionne à l'instinct, à l'intuition. Un rêveur. Il ne "pense"pas, il ne cogite pas, il se laisse penser plutôt. Les idées lui viennent, et si elles ne lui viennent pas, il attend. Ce qui a pour conséquence de diviser sa brigade, son équipe (25 personnes je crois) car il y a tout un groupe de cartésiens, de rationalistes. Les méthodes d'Adamsberg les agacent souvent. Trop floues ! Et pourtant, ce n'est pas pour rien qu'il est le chef : il a souvent une longueur d'avance sur ses collègues. Mais pas toujours. Adamsberg est faillible comme tout le monde. Adamsberg est un chef qui fait conifance. Chacun est en responsabilité entière avec ses points forts. Ensemble, ils sont très complémentaires. Et chacun a aussi ses névroses, ses points faibles, ses difficultés voire ses handicaps. Adamsberg couvre et protège tout cela. Avec lui, chacun est comme il est. Il y a Danglard, Veyrenc, Retancourt, Mordent, Estalère etc...
Il y a souvent plusieurs histoires en même temps : enquêtes, problèmes priévs et/ou problèmes professionnels. Les dialogues sont excellents. Ce qui est chouette aussi, c'est qu'on se promène en France et à l'étranger. Celui-ci se passe en Normandie. 
L'auteur de son vrai nom Frédérique Audoin-Rouzeau est à la base archéozoologue et médiéviste. 
De fait, l'Histoire est forte présente dans ses livres. Et il y a beaucoup d'histoires d'animaux. De l'écologie, de la science, un peu de tout...
J'en ai lu 5 à ce jour (il vaut mieux les lire dans l'ordre)."

****

Mireille :

Elle s'appelait Sarah, Pascal BRESSON et HORNE - Ed. MARABULLES :

(Tiré du roman de Tatiana de ROSNAY)

Sarah

 

Paris, juillet 1942 : Sarah, une fillette de dix ans qui porte l'étoile jaune, est arrêtée avec ses parents par la police française, en pleine nuit. Paniquée, elle met son petit frère à l'abri en lui promettant de revenir le libérer dès que possible. Paris, mai 2002 : Julia Jarmond, une journaliste américaine mariée à un Français, doit couvrir la commémoration de la rafle du Vél' d'Hiv'. Soixante ans après, son chemin va croiser celui de Sarah, et sa vie changer à jamais.

"J'ai beaucoup aimé !"

****

Les grands espaces, Catherine MEURISSE - Ed. DARGAUD :

Meurisse

Catherine Meurisse a grandi à la campagne, entourée de pierres, d'arbres, et avec un chantier sous les yeux : celui de la ferme que ses parents rénovent, afin d'y habiter en famille. Une grande et vieille maison qui se transforme, des arbres à planter, un jardin à imaginer, la nature à observer : ainsi naît le goût de la création et germent les prémices d'un futur métier : dessinatrice. Avec humour et tendresse, l'auteure raconte le paradis de l'enfance, que la nature, l'art et la littérature, ses alliés de toujours, peuvent aider à conserver autant qu'à dépasser. Les Grands Espaces raconte le lieu d'une enfance et l'imaginaire qui s'y déploie, en toute liberté.

"C'est une B.D autobiographique et humoristique avec de belles illustrations. Une véritable bouffée d'air !"

****

Nicole :

Gran Paradiso, Françoise BOURDIN - Ed. BELFOND :

Bourdin 11

 

Lorsque Lorenzo décide de changer de vie pour construire son propre paradis, c'est dans le Jura qu'il s'installe, sur les terres que son grand-père lui a laissées en héritage. Des dizaines d'hectares en friche sur lesquels ce jeune vétérinaire pose la première pierre du parc animalier de ses rêves, où les espèces évolueront au plus près de leur habitat naturel. 

Un pari fou qui suscitera admiration ou hostilité, mais Lorenzo, aidé de ses proches et de son équipe, sera prêt à tout pour faire vivre ce paradis terrestre... et reconquérir celle qu'il aime toujours en secret.

""Un beau roman de détente à lire d'une traite. Comme toujours avec Françoise Bourdin, une histoire de famille avec cette fois pour cadre un parc animalier dans le Jura."

****

Sept jours pour vivre, Valérie  CAPELLE - Ed. JOUVENCE :

Capelle

 

« Tu vois, Antoine, là y a deux coquelicots qui se touchent. Ils se prennent dans les bras pour danser... »

Que feriez-vous si vous appreniez qu'l ne vous reste que quelques jours à vivre, et si une inconnue vous invitait dans sa maison de campagne pour vous apprendre à respirer ? Antoine, lui, ne réfléchit pas longtemps. Après avoir prévenu son associé, il quitte tout pour rejoindre Andernos, dans le sud-ouest de la France, avec ses peurs et son avenir en suspens.

Rythmé par l'improvisation quotidienne et porté par le regard écarquillé d'un petit garçon devant un champ de coquelicots, c'est à vous, finalement, que ce livre posera la plus grande question... Et si vous n'attendiez pas l'irréversible pour commencer à vivre ?
 

"Un beau roman mais à ne pas lire si on est dépressif !"

****

La vie d'un homme inconnu, Andreï MAKINE - Ed. SEUIL :

Makine 1

En partant pour Saint-Pétersbourg, Choutov, écrivain et ancien dissident, espère fuir l'impasse de sa liaison avec Léa, éprouver de nouveau l'incandescence de ses idéaux de jeunesse et surtout retrouver la femme dont il était amoureux trente ans auparavant. Son évasion le mènera vers une Russie inconnue où il découvrira l'exemple d'un amour qui se révélera la véritable destination de son voyage. 

"Une image sans indulgence sur la Russie d'hier et d'aujourd'hui. Amoureux de la belle littérature et passionné de musique, Choutov, émigré russe de 50 ans quitte la France après un dépit amoureux. Mais la Russie qu'il découvre à son arrivée ne ressemble plus du tout à celle qu'il connaissait. Dans une deuxième partie, c'est la vie d'un vieillard qui a connu le siège de St Pétersbourg puis les camps sous Staline que nous peint l'auteur avec beaucoup de réalisme. Les plus vieux ne comprennent plus les jeunes qui vont de l'avant, eux qui n'ont connu ni la guerre, ni l'ère stalinienne. Un livre qui donne à réfléchir."

****

Océan mer, Alessandro BARICCO - Ed. ALBIN MICHEL :

Baricco

"Une pension de famille isolée de tout au bord de la mer. Des résidents qui ont chacun un problème à caccher ou à résoudre. De la poésie, des rêveries. Difficile à lire."

****

Poste restante à Locmaria, Lorraine FOUCHET - Ed. LE LIVRE DE POCHE :

Locmaria

"Chiara, jeune Italienne de 25 ans, élevée dans le respect d'un père mort avant sa naissance, apprend que n'est peut-être pas lui son père biologique. Qui est son vrai père? Ce jeune homme radieux de la photo qu'elle a toujours vu ou un homme bien vivant qui habiterait l'île de Groix. Elle quitte Rome pour la France où elle fera de belles rencontres. Le sujet abordé est la place du père. J'ai beaucoup aimé. "

****

Anne-Rose :

Minute papillon, Aurélie VALOGNES - Ed. FAYARD :

Valognes 2

Rose, 36 ans, mère célibataire, est une femme dévouée qui a toujours fait passer les besoins des autres avant les siens. Après avoir perdu son père et son emploi, la jeune femme apprend que Baptiste, son fils unique de 18 ans, quitte la maison. Son monde s’effondre.
Cette ex-nounou d’enfer est alors contrainte d’accepter de travailler comme dame de compagnie pour une vieille dame riche et toquée, Colette, et son insupportable fille, la despotique Véronique.
Et si, contre toute attente, cette rencontre atypique allait changer sa vie  ?

"J'ai beaucoup aimé cette histoire sensible, avec de l'humour et une fin comme je les aime (c'est à dire bien)"

****

Le retour à la terre, Jean-Yves FERRY - Ed. DARGAUD 

Tome 1 : La vraie vie

Retour 1

Ah, la campagne, les petites fleurs, les bébêtes qui montent qui montent, et tout et tout... Quel citadin n'a rêvé d'aller s'y ressourcer ? Manu Larcenet a chopé le virus l'an dernier. A lui et à Mariette, sa compagne, le gazouillis des oiseaux, le doux bruit des ruisseaux et tout et tout ! Quand, comme Manu, on a passé sa vie en banlieue parisienne, ça change. Toujours timide, Manu était à cent années-lumière d'imaginer que le récit de sa nouvelle vie pouvait intéresser le moindre lecteur. Et puis, il est difficile de s'occuper d'un châtaignier de 45 mètres déposé dans son jardin par des voisins sympas tout en s'observant par la fenêtre ! 

Tome 2 : Les projets :

Retour 2

Manu et Mariette ont émigré à la campagne. Manu veut faire un potager et Mariette un enfant. Mais Manu, qui fête dans la liesse la naissance de son premier radis, n'assume pas l'idée de l'enfant : c'est dur d'avouer à son bébé qu'on ne sait pas changer les vis platinées. Donc, il se planque dans les cartons de déménagement, qui traînent toujours au milieu du décor. Sans parler des pesticides du voisin "si le vent tourne, on est morts" et de l'affiche qu'il est censé faire pour la Fête du cochon. Bref, la vie à la campagne est anxiogène. 

Tome 3 : Le vaste monde :

Retour 3

Ça y est, Mariette est enceinte. Manu aussi. Alors, il potasse Laurence Pernoud©, qu'il trouve très évasive sur les affres du futur papa, et il s'entraîne activement avec simulation du jour J, valises dans le vestibule et repérage du trajet. Bref, il s'angoisse. Pour se détendre, il va au festival de BD de Château-Moignon. Ça ne le détend pas, mais il se fait un copain le lama Dondup, dessinateur tibétain exilé et remporte la Gomme de Bronze. Et puis, évidemment, il rate la naissance. Pendant qu'il erre dans la neige, occupé à traquer un sanglier fictif, le bébé naît grâce aux bons soins de la vieille Mortemont qui, contre toute apparence, fut (jadis) jeune, amoureuse, résistante et sage-femme. Les gens sont stupéfiants. 

"Pas mal...J'ai aimé"

****

Eliane :

Edmond Ganglion et Fils, Joël EGLOFF - Ed. GALLIMARD :

Ganglion

"Premier roman qui met en scène des personnages loufoques et attachants...En plus d'être le titre du roman, "Edmond Gabglion et Fils" est également le nom d'une entreprise de pompes funèbres de village qui se porte mal et pour cause, plus personne ne meure !!
Ce court roman cocasse réussit le pari osé de faire rire le lecteur d'un sujet aussi grave que la mort. 
Georges, vieux fossoyeur, et Molo jeune homme sans expérience, nous font sourire...Un jour, enfin un mort...et tout commence. 
Ce livre a inspiré le film "Grand froid"
J'ai beaucoup aimé, tant le livre que le film !!"

****

Avec toutes mes sympathies, Olivia de LAMBERTERIE - Ed. STOCK :

Lamberterie

"Les mots des autres m’ont nourrie, portée, infusé leur énergie et leurs émotions. Jusqu’à la mort de mon frère, le 14 octobre 2015 à Montréal, je ne voyais pas la nécessité d’écrire. Le suicide d’Alex m’a transpercée de chagrin, m’a mise aussi dans une colère folle. Parce qu’un suicide, c’est la double peine, la violence de la disparition génère un silence gêné qui prend toute la place, empêchant même de se souvenir des jours heureux.
Moi, je ne voulais pas me taire.
Alex était un être flamboyant, il a eu une existence belle, pleine, passionnante, aimante et aimée. Il s’est battu contre la mélancolie, elle a gagné. Raconter son courage, dire le bonheur que j’ai eu de l’avoir comme frère, m’a semblé vital. Je ne voulais ni faire mon deuil ni céder à la désolation. Je désirais inventer une manière joyeuse d’être triste.
Les morts peuvent nous rendre plus libres, plus vivants."

"Premier roman de Olivia de Lamberterie qui est journaliste à "Elle" et chroniqueuse à Télématin sur France 2...Le suicide de son frère tant aimé l'a transpercée de chagrin, l'a mise dans une colère folle. Cette colère apparaît au fil des pages avec des mots tranchants, durs parfois envers les psychiatres, qui ont suivi durant des années ce frère dépressif...Beau roman, un bel hommage à cet homme. La dernière phrase"Ta mort nous a rendu vivants". J'ai beaucoup aimé !"

****

Annie-France :

Arrête avec tes mensonges, Philippe BESSON - Ed. JULLIARD :

Besson 3

Bordeaux, 2007. Dans le hall d'un hôtel, dans une ville de province, Philippe Besson discute avec une journaliste à propose de osn dernier roamn qui vient de sortir. Alors qu'il répond à  ses questions, il croît reconnaître quelqu'un même s'il sait, au fond de lui, que c'est littéralement impossible que ce soit lui. Il ne peut s'empêcher de crier don prénom, Thomas. Mû par sa conviction, il se précipite vers le jeune homme...qui se retourne...
Barbezieux, 1984. Adolescent de 17 ans, Philippe est un jeune homme un peu gauche, timide. Elève exemplaire, en terminale C, on dit de lui qu'il ira loin. Comme son frère. Cela attire autant de sympathie que d'antipathie. Dans la cour de récréation, il remarque un jeune homme. Elancé, distant, les cheveux en bataille, le regard sombre. Il sait son nom : Thomas Andrieu. Il ne veut pas qu'on sache qu'il s'intéresse à lui d'autant que la rumeur court à son sujet qu'il préfère les garçons. Alors, il l'observe à la dérobée, s'arrange pour le croiser. Un désir à sens unique avant que cela ne devienne une passion réciproque. 
Thomas est fils de paysans, sa mère est catholique pratiquante, Philippe fils d'instituteur, élevé dans la laïcité.

"Le point zéro de l'oeuvre de Besson. Celle qui contient les germes originelles de toutes les autres. C'est unc adeau immense que nous fait ici l'auteur, en acceptant de se mettre à nu face à nous, il nous offre l'éclaircissement de la cohérence évidente de l'ensemble. Autant dire que j'ai dévoré ce livre, happé, pris d'une frénésie comme le sont souvent ses personnages. La justesse est au rendez-vous et le détail de la mécanique des sentiments qui est si chère à l'auteur ne fait pas défaut. On retrouve souvent le prénom de Thomas, dans ses livres "La trahison de Thomas Spencer", ou même Thomas Andrieu, son vrai nom dans "Son frère", ce qui montre l'importance qu'il a eu dans sa vie. c'est puissant, intense, douloureux souvent."

****

Christine :

Film : Le cercle littéraire de Guernesey, de Mike NEWELL

(d'après le roman "Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates")

Guernesey

Une épopée d’après-guerre doucereuse et romantique où il est question de littérature, de trahison, de jolies filles, et d’amours (presque) sulfureuses, dans un décor maritime volontairement surchargé, à la limite du surfait.

"J'ai beaucoup aimé !"

****

Bernadette :

Je suis Pilgrim, Terry HAYES - Ed. LE LIVRE DE POCHE :

Pilgrim 1

"Le livre commence par un meurtre sordide à Manhattan, pas très loin des tours jumelles : une femme sans dents, sans empreintes dans une baignoire d'acide sulfurique. Un numéro, un calendrier qui dirigent l'inspecteur Bradley vers Bodrum en Turquie et "Eddy" vers un complot contre l'humanité. Deux affaires qui se mêlent. Un agent secret qui voudrait conserver une vie d'anonyme mais il y a le terrorisme. Un livre qui fait froid dans le dos aux rouages bien ficelés."

****

L'armoire des robes oubliées, Riika PULKKINEN - Ed. LE LIVRE DE POCHE :

 Pulkkinen

Elsa, la grand-mère d’Anna, est atteinte d’un cancer foudroyant. Entourée de ses proches, elle compte bien profiter de chaque instant, de chaque plaisir, jusqu’au bout : les rayons du soleil, les bains de mer, ou le corps de Martti, son mari depuis plus de cinquante ans, contre le sien. Mais Anna découvre que derrière ce mariage heureux se cache un drame qui a marqué à jamais tous les membres de sa famille. C’est une vieille robe oubliée dans une armoire, trouvée par hasard, qui va réveiller le passé... 

"C'est le titre qui m'a attirée. J'ai pensé à un poème de Rimbaud, j'ai cru à un roman sur la nostalgie des temps passés et j'ai été déçue. Il y a bien des souvenirs qui se rattachent à une robe oubliée mais ces souvenirs sont lugubres, morbides. Même les histoires d'amour ne sont pas romantiques. Peut-être est-ce le style finlandais de l'écriture qui m'a déroutée : froid et très réaliste. "

****

Un hiver à Paris, Jean-Philippe BLONDEL - Ed. POCKET :

Blondel 3

C'est l'heure du retour de vacances. Dans le courrier en souffrance, une lettre attend Victor, professeur d'anglais depuis vingt ans. Ce qu'elle contient va raviver un souvenir enfoui. 
Septembre 1984. Victor est à Paris pour sa deuxième année de prépa. Il travaille beaucoup, a peu voire pas d'amis, la compétition est de toute façon cruelle. Un jour de cours comme un autre, dans la classe d'en face on entend une insulte, une porte qui claque, quelques secondes de silence, un bruit mat, le hurlement de la bibliothécaire. Matthieu a sauté. La pression, le sentiment de transparence, la solitude ? Qu'importe. Rien, désormais, ne sera plus jamais comme avant... 
 

"Récit autobiographique, souvenirs douloureux de ses annéesd'étude en khâgne et hypokhâgne, Jean-Philippe Blondel a su retranscrire la pression subie par les élèves. Son style reste léger mais efficace. Il nous reste la réflexion. "

****

 

Cercle de lecture du mardi 13 mars 2019 :

Nicole :

La jeune fille et la nuit, Guillaume MUSSO - Ed. CALMANN-LEVY :

Musso2

"Une école privée pour riches élèves à Antibes. Elle fête son cinquantième anniversaire et a de beaux projets pour l'aevnie. A cette occasion, les anciens élèves sont invités. On retrouve là de beaux quadras, écrivain, journaliste, médecin...qui se souviennent de leur adolescence et d'un évènement qui a marqué cette période : la disparition de la belle et ténébreuse Vinca. que s'est-il passé? Certains ont leur idée, d'autres fouillent le passé. 
L'auteur nous mène de surprise en surprise. Je n'ai jamais vu autant de renversements de situation. 
Haletant jusqu'à la fin des fins. Beau roman de détente, j'ai bien aimé."

**** 

Leurs enfants après eux, Nicolas MATHIEU - Ed. ACTES SUD :

Mathieu 1

"Ce roman m'a beaucoup énervée. Il a été présenté comme parlant d'Hayange. Or, rien n'y est ressemblant : aucune route sinueuse ne monte à la Vierge, aucun champ de colza ne borde cette route, aucune barre HLM n'est bâtie à Hayange. Où voit-on des ballots de paille sur une route de la vallée? La Fensch n'est ni sinueuse, ni scintillante. Pour la voir, il faut savoir où chercher. Aucune description ne respecte notre paysage. Parlons plutôt d'un pays imaginaire. Alors on pourra se plonger dans le roman. 
De 1992 à 1998, la vie de trois adolescents, en été, à la recherche de leur orientation scolaire, à la découverte de leur sexualité, à leur débu d'indépendance face à leurs parents. Il y a Anthony, élève moyen, qui préfère la moto, les sorties, l'alcool, les joints à une vie de famille. Il y a Hacine qui vit seul avec son père marocain et qui touche déjà à largent facile de la drogue. Il y a Steph, une bonne lycéenne d'un milieu bourgeois  et qui touche au sexe, à l'alcool, à la drogue. Comment vont évouluer ces adolescents avec leurs amis et la famille? 
J'ai beaucoup pensé à mes enfants et à mes anciens élèves. Comment ont-ils vécu cette période de leur vie, entre 14 et 20 ans? Eux aussi ont fait des boums, eux aussi ont joué au flipper, les garçons ont aussi dragué les filles lors de soirées arrosées. Des joints s'échangeaient au lycée, au camping, dans les camps d'ados. Que sont-ils devenus? Beaucoup ont trouvé du travail au Luxembourg. Je me suis plongée dans ce roman comme parent mais n'ai pas ressenti comme E le soucis syndicaux qui sont aussi soulevés dans le livre. J'ai aimé ce roman riche en réflexion."

****

L'homme qui ment, Marc LAVOINE - Ed. LE LIVRE DE POCHE :

Lavoine 1

"Une vie de syndicaliste communiste racontée par son fils. Ce fils s'adresse à son père au-delà de la mort et se souvient de son enfance. C'est beau et tendre !"

****

Retour à la montagne, FRISON-ROCHE - Ed. DU ROCHER :

Frison roche

"Une belle histoire de familles, de guides de montagne à Chamonix dans les années trente."

****

Mireille :

Dans le murmure des feuilles qui dansent, Agnès LEDIG - Ed. ALBIN MICHEL :

Ledig

Anaëlle, une jeune femme dont la vie a été bouleversée par un accident, se reconstruit doucement, entre son travail et sa passion pour l'écriture.
Thomas raconte des histoires merveilleuses d'arbres et de forêt pour mettre un peu de couleur dans la chambre d'hôpital de Simon, un garçon lumineux et tendre.
Chacun se bat à sa manière contre la fatalité. Mais est-ce vraiment le hasard qui va sceller leur destin ?

"J'ai bien aimé."

****

Anne-Rose : 

Gran Paradiso, Françoise BOURDIN - Ed. BELFOND :

Bourdin 10

Les rêves les plus fous s'accomplissent dans les vies sans réserve. 
Découvrez le roman d'un homme qui rêvait de distraire les tigres... 

Lorsque Lorenzo décide de changer de vie pour construire son propre paradis, c'est dans le Jura qu'il s'installe, sur les terres que son grand-père lui a laissées en héritage. Des dizaines d'hectares en friche sur lesquels ce jeune vétérinaire pose la première pierre du parc animalier de ses rêves, où les espèces évolueront au plus près de leur habitat naturel. 

"J'ai beaucoup aimé !"

****

Véronique : 

Sérotonine, Michel HOUELLEBECQ - Ed. FLAMMARION :

Houellebecq


La première petite moitié n’est pas terrible, manque de continuité, on passe d’une époque à l’autre, on s’y perd un peu. Ensuite, c’est très bien. La fin, pas géniale. 
Il s’agit d’un roman enraciné dans notre époque, comme toujours avec cet auteur. Il s’amuse à peindre cette société, au ras des pâquerettes. Ce roman traite des contradictions et autres folies de ce monde, qui entrainent désarroi, colères, etc. Il est question en particulier des problèmes des agriculteurs- éleveurs. 
C’est un roman à la première personne, celui qui raconte sa vie est un ingénieur agronome, dépressif… 
J’ai trouvé qu’il y avait moins d’humour dans ce roman que dans ceux que j’ai lus. Mais ça marche quand même.
De la provocation toujours.
Autre thème : l’amour. L’amour qui a filé, que le héros n’a pas su, pas pu, vivre. 
On s’attache profondément au narrateur, pour ma part en tout cas. 
Naturaliste comme Zola (entendu à la radio, c’est juste).
Houellebecq, c’est un style, un univers.

****

Coeur de Cristal, Frédéric LENOIR - Ed. POCKET :

Leoir
Contre toute attente un conte qui captive. Pas un livre pour enfant à proprement parler mais un livre à public large, à condition d’adhérer. « Un conte initiatique pour petits et grands ». Une histoire se déroule qui est l’occasion de philosopher. ..
Je lisais le début pour voir s’il n’y aurait pas là matière à lire aux personnes âgées… Et je n’ai pas pu m’arrêter ! (livre vite lu)
Un jeune prince est victime d’un sortilège. Son cœur est enfermé dans une gangue de cristal, il ne peut ressentir l’amour, il ne peut vibrer, il ne sent rien. Mais il veut connaître ce sentiment. Sa quête commence. Qui pourra faire fondre l’enveloppe de cristal ?

****

Bernadette :

Je suis Pilgrim, Terry HAYES - Ed. LE LIVRE DE POCHE :

Pilgrim

Une jeune femme assassinée dans un hôtel sinistre de Manhattan. Un père décapité en public sous le soleil cuisant d Arabie Saoudite. Un chercheur torturé devant un laboratoire syrien ultrasecret. Un complot visant à commettre un effroyable crime contre l'humanité. Et en fil rouge, reliant ces événements, un homme répondant au nom de Pilgrim. Pilgrim est le nom de code d un individu qui n existe pas officiellement. Il a autrefois dirigé une unité d élite des Services secrets américains. Avant de se retirer dans l anonymat le plus total, il a écrit le livre de référence sur la criminologie et la médecine légale. Mais son passé d agent secret va bientôt le rattraper...

"J'ai beaucoup aimé ce roman policier d'espionnage !"

****

 

 

Cercle de lecture du mardi 15 janvier 2019 :

Mireille : 

La fille qui lisait dans le métro, Christine FERET-FLEURY - Ed. DENOEL :

Feret fleury

Juliette prend le métro tous les jours à la même heure. La ligne 6, le métro aérien. Ce qu'elle aime par-dessus tout, c'est observer, autour d'elle, ceux qui lisent. La vieille dame, le collectionneur d'éditions rares, l'étudiante en mathématiques, la jeune fille qui pleure à la page 247. Elle les regarde avec curiosité et tendresse, comme si leurs lectures, leurs passions, la diversité de leurs existences pouvaient donner de la couleur à la sienne, si monotone, si prévisible. Jusqu'au jour où Juliette décide de descendre deux stations avant son arrêt habituel, et de se rendre à son travail en coupant par une rue inconnue ; un pas de côté qui va changer, toute sa vie.

"Je n'ai pas trop aimé..."

****

Les tendres plaintes, Yoko OGAWA - Ed. ACTES SUD :

Yoko

Blessée par l'infidélité de son mari, Ruriko décide de disparaître. Elle quitte Tokyo et, dans un chalet en forêt, tente de retrouver sa sérénité. Ruriko est calligraphe. Au-delà des arbres, un peu plus haut dans la colline, elle rencontre un étrange équipage : Nitta, ancien pianiste devenu facteur de clavecins, sa jeune apprentie prénommée Kaoru et un chien aveugle et sourd. Invitée en ces lieux, la calligraphe les observe et apprend que Nitta, jadis concertiste de renom, ne peut plus jouer en présence d'autrui, que seules persistent en lui des partitions devenues muettes. Pourtant, un matin, Ruriko les surprend : habité d'un calme dense, presque palpable, Nitta est installé au clavecin. Pour Kaoru, il joue Les Tendres Plaintes.

"J'ai beaucoup aimé ce roman !"

****

Le salaire de la peur, Geroges ARNAUD - Ed. POCKET :

Arnaud

Las Piedras, port d'échouage. Ils sont des centaines, venus d'on ne sait où oublier sous les tropiques l'impasse de leur existence. 
Pour une poignée de dollars, ces sans-grade sont prêts à tout. 
Prêts à affronter des kilomètres de pistes impraticables, au volant d'un camion délabré, pour convoyer de la nitroglycérine. 
Au moindre écart, au moindre choc, c'est la mort. 
Une épopée de l'angoisse pure... 

"J'ai beaucoup aimé !"

****

Elisabeth :

Berill, Clara, Lucrèce..., Françoise BOURDIN - Ed. FRANCE LOISIRS :

Bourdin 7

Voici trois sagas familiales qui nous font parcourir tout un siècle, trois destins de femmes à la conquête de leur liberté. 

"J'ai aimé mais j'ai été lassée par le rythme. C'est un livre de détente...sans plus..."

****

Leurs enfants après eux, Nicolas MATHIEU - Ed. ACTES SUD :

Mathieu

Août 1992. Une vallée perdue quelque part dans l'Est, des hauts-fourneaux qui ne brûlent plus, un lac, un après-midi de canicule. Anthony a quatorze ans, et avec son cousin, pour tuer l'ennui, il décide de voler un canoë et d'aller voir ce qui se passe de l'autre côté, sur la fameuse plage des culs-nus. Au bout, ce sera pour Anthony le premier amour, le premier été, celui qui décide de toute la suite. Ce sera le drame de la vie qui commence. Avec ce livre, Nicolas Mathieu écrit le roman d'une vallée, d'une époque, de l'adolescence, le récit politique d'une jeunesse qui doit trouver sa voie dans un monde qui meurt. Quatre étés, quatre moments, de Smells Like Teen Spirit à la Coupe du monde 98, pour raconter des vies à toute vitesse dans cette France de l'entre-deux, des villes moyennes et des zones pavillonnaires, de la cambrousse et des ZAC bétonnées. La France du Picon et de Johnny Hallyday, des fêtes foraines et d'Intervilles, des hommes usés au travail et des amoureuses fanées à vingt ans. Un pays loin des comptoirs de la mondialisation, pris entre la nostalgie et le déclin, la décence et la rage.

"Le dernier Goncourt aurait-il pour cadre la vallée de la Fensch. Fort possible, et même s'il est question d'un lac, la ville, elle, s'appelle Heillange, l'usine Matalor, uns statue de la Vierge regarde la  vallée, et l'Eldorado en est le Luxembourg. 
Superbe roman social, Nicolas Mathieu nous entraîne dans la dérive d'un monde perdu, sans fin et sans avenir. Un livre à la limite du genre science-fiction, et pourtant il ne fait que décrire le quotidien d'Anthony, garçon de 14 ans que l'on retrouve, en été, tous les deux ans, de 1992 à 1998. 
Anthony a 14 ans en 1992, c'est l'été, et avec son cousin il va faire un tour du côté de la plage des culs-nus, parce qu'on y voit des filles en topless. Ils y rencontrent des filles, des mecs, de ceux qui portent des Nike Air flambant neuves, qu'ils ne retirent même pas pour marcher dans l'eau, de ceux qui vivent dans de belles baraques modernes et transparentes, des mecs qui représentent ce qui se fait de plus cool, des athlètes, des surfeurs du dedans. Anthony et son cousin viennent d'un autre monde, celui des petites maisons mitoyennes, des petites maison en plaquo. Pour pouvoir se rendre à une fête organisée dans ces superbes maisons, Anthony va "emprunter" la moto de son père, mais au petit matin elle aura disparue, volée par un de ceux de la ZUP. 
Ces trois mondes, la ZUP, les petites maisons, et les notables vivent au même endroit, se côtoient, mais imperméables, ne se mélangent pas, et ne se mélangeront jamais. Aucun espoir pour les deux premiers, pas de luttes, ils seront détruits parce qu'ils se reproduisent à l'identique... Magnifique cruel roman !'

**** 

Nicole :

Le lambeau, Philippe LANCON - Ed. GALLIMARD :

Lancon

"Grièvement blessé et défiguré lors de l'attentat de Charlie Hebdo, en janvier 2015, le journaliste et écrivain Philippe Lançon décrit son long calvaire et sa lente réinsersion dans la vie. De la veille de l'attentat à son retour à une vie presque normale, l'auteur nous raconte son cheminement. Une odeur, un objet, une musique, un livre...font ressurgir des souvenirs? Son enfance, sa famille, ses reportages, ses rencontres, ses voyages...Il dit aussi toutes ses douleurs, sa vie en dehors du monde d'avant. L'hôpital est un cocon, en dehors du temps. "J'avais tissé mon cocon du petit prince patient, suintant, nourri par sonde et vaseliné autour d'un frère, de parents, de quelques amis et des soignants. Je ne voulais plus dortir du cocon, he m'en sentais incapable."
J'ai trouvé le début un peu long quand l'auteur raconte sa journée la veille de l'attentat? J'ai trouvé aussi long la fin du récit. Par contre, j'étais bien prise quand il racontait sa vue à l'intérieur de l'attentat, ses séjours dans le milieu hospitalier, ses réactions, ses sentiments. A lire en faisant abstraction de certains passages quant aux arts, à la musique, à la littérature."

****

L'enfant des terres blonds, Christian SIGNOL - Ed. POCKET

Signol 4

À Saint-Martial, on l'avait baptisée " Idéïoune ", celle qui a de drôles d'idées. Elle, c'est Aurore, la mère de Vincent, écolier de dix ans né de père inconnu. Enfant trop vite mûri qui passe sa vie à défendre sa mère contre les moqueries des enfants et des adultes, contre elle-même parfois, aussi. Quand il a le temps, entre l'école et les travaux à la ferme, Vincent cherche à percer le secret qui entoure sa naissance. Mais au village, personne n'ose évoquer les temps maudits de la guerre. Il faudra la terrible insulte d'un enfant, pendant la récréation, pour que le drame éclate et que les langues se dénouent.

Les chemins d'étoile, Christian SIGNOL - Ed. POCKET :

Signol 5

Été 1942. Loin de la persécution nazie qu'ont fuie ses parents, un enfant juif se cache sur les bords de la Dordogne. Protégé par les Lachaume, simples fermiers, Daniel, 10 ans, entre dans un monde inimaginable pour lui. À mesure que la rumeur de la guerre s'éloigne, le petit citadin découvre les travaux des champs, les secrets de la nature et la chaleur d'une famille paysanne.
Il découvre aussi Lisa, la princesse de ce royaume menacé. Elle a son âge, elle ne parle pas, on dit qu'elle " n'est pas comme les autres ". Lisa attendait tout simplement Daniel pour vivre avec lui la plus singulière et la plus émouvante des histoires d'amour...

"Dans ces deux romans, on retrouve le même type de personnage : un jeune garçon d'une dizaine d'années qui communique avec une autiste. Le décor, c'est toujours la campagne dans les années 40, 50. L'auteur a-t-il connu dans sa vie une telle situation? Deux beaux romans tendres et douloureux."

****

Véronique :

Khalil, Yasmina KHADRA - Ed. JULLIARD :

Khalil

Vendredi 13 novembre 2015. L'air est encore doux pour un soir d'automne. Tandis que les Bleus électrisent le Stade de France, aux terrasses des brasseries parisiennes on trinque aux retrouvailles et aux rencontres heureuses. Une ceinture d'explosifs autour de la taille, Khalil attend de passer à l'acte. Il fait partie du commando qui s'apprête à ensanglanter la capitale.
Qui est Khalil ? Comment en est-il arrivé là ?
Dans ce nouveau roman, Yasmina Khadra nous livre une approche inédite du terrorisme, d'un réalisme et d'une justesse époustouflants, une plongée vertigineuse dans l'esprit d'un kamikaze qu'il suit à la trace, jusque dans ses derniers retranchements, pour nous éveiller à notre époque suspendue entre la fragile lucidité de la conscience et l'insoutenable brutalité de la folie.

"Roman qui captive. J'ai aimé. Récit à la première personne. Très bon suspense. Hélas, ce que nous raconte Khadra est la réalité. C'est bien ce qui est troublant. Récit fdonc sur un fil. Comment va-t-il réagir à un tel évènement, comment va-t-il évoluer? Pas possible de raconter? Très bien. Très fort."

****

Les maîtres sonneurs, George SAND - Ed. FOLIO :

Sand 2

"Bien. Roman champêtre de l'auteur. Se passe en tre Berry et Bourbonnais. Vie rurale du XIXème siècle. Histoire d'une jeune fille courtisée par trois jeunes garçons. Ces quatre-là vont finalement faire famille avec leur proches. Il est question de musique (George Sand était musicienne) de joueuers de cornemuse (confrérie des sonneurs avec ses tradtitions). On découvre comment se passaient les bals à cette époque, on y dansait la bourrée. On découvre des métiers oubliés : muletiers, bûcheux. Les bûcheux vivaient dans la forêt, de façon très rudimentaire dans des huttes. Bref, la vie d'autrefois."

****

Anne-Rose :

Le choix des autres, françoise BOURDIN - Ed. BELFOND :

Bourdin 8

Lucas et Clémence, Virgile et Philippine, deux couples d'amis comme tant d'autres. Mais ces quatre trentenaires ne s'invitent pas à tour de rôle pour dîner ensemble, ils vivent sous le même toit, dans un immense chalet conçu pour une famille nombreuse. 
Lucas et Virgile ont été à l'origine de ce projet ; amis depuis le lycée et passionnés de montagne, ils quittaient Paris pour les stations de ski dès qu'ils le pouvaient et ont été séduits par La Joue du Loup, à proximité de Gap, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Et puis Lucas est tombé amoureux de Clémence, cette belle jeune femme en instance de divorce à qui il est venu faire la cour tous les week-ends... 
Depuis, Lucas, Clémence, leurs deux petites filles, Virgile et Philippine vivent en harmonie et savourent le calme de leur chalet, à neuf cents mètres d'altitude, avec une vue imprenable sur le Vercors et le Luberon. Mais cette belle entente résistera-t-elle au retour dans la région de l'ex-mari de Clémence, qui n'a pas supporté leur séparation et est bien décidé à récupérer celle qu'il considère encore comme sa femme ? 
Personnifiée à travers cet être possessif, la Jalousie s'invite dans la vie du chalet, au risque de contaminer ses habitants, tandis que l'hiver, particulièrement rude cette année, rend les routes dangereuses et fait naître au sein du groupe un sentiment d'isolement... 

"Etant fan de Françoise Bourdin, je ne puis que recommander la lecture de ce roman!"

****

Dis, t'en souviendras-tu?, Janine BOISSARD - Ed. PLON :

Boissard 2

Aude 23 ans, et l'épouse d'un célèbre parfumeur de Grasse. Ce matin, elle se réveille à l'hôpital, privée d'une partie de sa mémoire. Elle apprend qu'on l'a retrouvée inanimée, sur un chemin désert. Non loin, la voiture de son mari, portières ouvertes, vide. Que leur est-il arrivé? 
Aidée d'un psychiatre, elle va tenter de recouvrer la mémoire. Mais le veut-elle vraiment? Avec le retour de ses souvenirs, ne devra-t-elle pas faire face à une redoutable vérité?

"Un suspense haletant et une belle histoire d'amour, je ne peux que recommander la lecture de ce roman."

****

Christine :

Les chemins d'étoiles, Christian SIGNOL - Ed. POCKET 

 Signol 5

et 

L'enfant des Terres blondes, Christian SIGNOL - Ed. POCKET :

Signol 4

Ces deux romans ont été lus également par Nicole, voici l'avis de Christine sur ces deux romans :

"Les chemins d'étoiles : Magnifique, j'ai adoré, on s'y croit, bien écrit, les décors et à sentir les odeurs ! Les paysages, les couleurs, et surtout l'entraide entre les habitants. Ca me rappelle quand j'étais gosse chez mes grands-parents maternels, en Italie, au milieu des vaches, dans les champs, quelle nostalgie ! Mais la fin ne me convient pas, j'avais imaginé une autre fin...dommage!
Concernant l'Enfant des Terres blondes, je l'ai trouvé très émouvant mais j'ai eu l'impression de lire un peu la même chose que dans le chemin des étoiles (lui et Lisa contre tous) et là (lui et sa mère contre tous). Les personnages aussi (des paysans, la ferme, la vie dans les champs, les bêtes, les fleurs, les décors...) Malgré tout ça se li très bien et les descriptions sont superbes. j'ai adoré !"

****

Les lettres de Rose, Clarisse SABARD - Ed. CHARLESTON :

Sabard

Lola presque trente ans, vient de se faire larguer par Peter alors qu'elle pensait qu'il était l'homme de sa vie et qu'elle partirait avec lui en Australie, qu'elle vendrait des livres dans une librairie...c'est son rêve! Mais elle est réveillée par le même cauchemar récurrent sur le canapé de son meilleur ami. S vie n'est pas compliquée, seuls ses amours le sont. Elle a ses copines, son boulot de serveuse dans le salon de thé de ses parents qui la protègent un peu trop; ils l'ont adoptée lorsqu'elle était bébé. Un jour, elle apprend que sa grand-mère biologique est décédée et qu'elle hérite d'une maison à Aubéry ainsi que des lettres et des objets qui vont lui dévoiler comme un jeu de piste ses origines. Mais tout ne va pas être simple !

"Très beau roman, on rit, on pleure, on enrage souvent! J'ai beaucoup aimé !"

****